Des romans à offrir ou se faire offrir

Sucre noir de Miguel Bonnefoy, éd. Rivages, 19,50€. Une fable autour des désirs frustrés d’une femme à la tête d’une plantation de canne à sucre au Venezuela. Miguel Bonnefoy, jeune auteur à l’écriture remarquable, montre toute sa puissance dans ce court roman symbolique. Un vrai petit trésor.

 

 

Zero K de Don DeLillo, éd. Actes Sud, 22,80€. Le père de Jeffrey lui demande de l’accompagner dans un centre de cryogénisation (conservation des corps à -196°C) où son épouse malade a décidé de mourir, dans l’espoir de revenir à la vie en être humain augmenté. Un roman génial sur le corps, le progrès, et les limites de la vie, servi par un style unique. Une expérience poétique et métaphysique.

 

 

Roi. de Mika Biermann, éd. Anacharsis, 17€. Un roman complètement déjanté à découvrir pour se réchauffer pendant les fêtes. Ce peplum raconte la fin du dernier petit village étrusque résistant à l’envahisseur romain. Malheureusement, cette petite troupe de bras-cassés est bien incapable de résister à la placide discipline de l’ambassade romaine. Truculent !

 

 

Un homme doit mourir de Pascal Dessaint, éd. Rivages, 19,50€. Les amateurs de polar connaissent bien Dessaint, auteur toulousain et ornithologue à ses heures. Son amour de la nature apparaît pleinement dans ce polar très poétique, situé dans les Landes. On y voit s’affronter deux hommes, l’un fidèle à ses idéaux, l’autre « vendu ». Une bataille à mort… et une très belle réussite littéraire

De beaux livres sous le sapin !

Logique de la science-fiction, de Hegel à Philip K. Dick de Jean-Clet Martin, éd. Les impressions nouvelles, 22€. Jean-Clet Martin, spécialiste de Deleuze et Hegel, s’est pris de passion pour la science-fiction sur le tard. Il rend ici un magnifique hommage à la littérature d’anticipation en établissant un parallèle entre les topoï de la SF et la Logique de Hegel. Très abordable pour les non-philosophes, cet ouvrage est une excellente façon de découvrir les classiques du genre.

Les routes de la soie de Peter Frankopan, éd. Nevicata, 27€. Une grande synthèse de l’histoire du dernier millénaire remettant les routes de la soie au cœur des événements. Au-delà de son intérêt historiographique (remise en perspective de l’histoire du monde vue de l’Orient), ce livre nous a conquis par la qualité de son style, la rigueur et la passion qui s’en dégage. Les éditions Nevicata ont du reste édité un objet magnifique, ce qui ne gâche rien au plaisir !

Carambolages d’Olivier Salon et Philippe Mouchès, éd. Cambourakis, 15€. Deuxième opus sur l’histoire de l’art par les auteurs, respectivement oulipien et oupeinpien, après l‘Histoire de l’art et d’en rire. Plus classique dans sa composition, ce dernier volume est tout aussi hilarant et érudit que le premier. Un régal pour les amateurs de musées !

 

Western. Catalogue de l’exposition du musée des Beaux-arts de Montréal, 40€. Derrière le regard inquiet de Lee Van Cleef se cache une véritable somme sur ce genre emblématique du cinéma. Dotée d’une iconographie magistrale, l’exposition évoque tous les aspects du western : esthétique, social, historique (la question de la représentation des amérindiens n’est pas éludée). De quoi ravir les bons comme les brutes et les truands…

Notre sélection de Noël pour les plus jeunes

La belle sauvage de Philip Pullman, éd. Gallimard, 22€. Malcolm, 11 ans, et son acolyte Alice, 16 ans, vont s’embarquer à bord de La Belle sauvage pour sauver la mystérieuse petite Lyra. Philip Pullman nous replonge dans l’univers fabuleux de sa trilogie A la croisée des mondes. Un superbe roman d’aventure et de fantasy, qui offre aussi une réflexion sur les relations entre pouvoir et religion. A partir de 10-12 ans.

 

Illuminature de Carnovsky et Rachel Williams, éd. Milan, 25€. Chaussez votre filtre rouge, vert ou bleu et comme par magie les animaux diurnes, la végétation ou les animaux nocturnes apparaissent ! La savane, la jungle le désert… Faune et flore des différents milieux sont ensuite présentées dans de courts textes explicatifs. Un documentaire à la fois ludique et précis, pour les esprits curieux ! A partir de 7 ans

 

Les mille et une nuits, collectif, éd. Auzou, 24,95€. Huit contes des Mille et une nuits illustrés avec enchantement par des pages en relief. Un petit théâtre où Ali Baba, Aladdin, et autres personnages apparaissent dans des décors fabuleux. A partir de 5 ans.

 

 

Pleine neige d’Antoine Guilloppé, éd. Gautier Languereau, 19,95€. Dans un paysage ouaté de neige, l’ombre d’un loup apparaît. Un aigle plane, les lièvres se mettent à l’abri, l’hermine se faufile. Texte minimaliste, illustrations en dentelle, cet album fait de pages découpées est à la fois une fable, un poème et un livre d’art. A partir de 4 ans.

 

Bonne nuit tout le monde de Chris Haughton, éd. Thierry Magnier, 11,50€. Petit Ours n’a pas sommeil, alors que les autres animaux de la forêt s’apprêtent à s’endormir. Un livre cartonné tout en douceur et en couleurs pour apprivoiser le sommeil des petits. Par l’auteur de Oh non, George ! et Un peu perdu. A partir de 12/18 mois.

Une histoire des loups

Madeline est une adolescente solitaire qui vit avec ses parents dans une cabane isolée au bord d’un lac. Sa vie est rythmée par le lycée, la pêche et les promenades avec ses chiens. Un jour, une famille aisée s’installe sur la rive opposée. Madeline s’occupe de l’enfant de quatre ans et s’intègre peu à peu à cet étrange foyer, où un drame, annoncé dès les premières pages, se jouera. On ignore juste comment.
Dans un décor brumeux de lacs et de forêts, les personnages (et le lecteur) naviguent à vue au milieu des secrets de chacun, dévoilés subtilement au cours d’un récit troublant, original, remarquablement maitrisé.
Un premier roman très très réussi d’une auteure qu’il faudra suivre !

Une histoire des loups, Emily Fridlund, Editions Gallmeister

Le grand combat

de Ta-Nehisi Coates, aux éd. Autrement, 19€. Paru en 2008 aux États-Unis, ce récit de jeunesse est le complément indispensable à Une colère noire, paru l’an dernier chez le même éditeur.

Fort du succès de la traduction de Between the world and me, les éditions Autrement ont eu la bonne idée de publier le premier ouvrage de Ta-Nehisi Coates. Beaucoup plus léger que la lettre à son fils, Le grand combat (le beau combat dans le titre original) décrit avec un certain humour l’enfance et l’adolescence de l’auteur à Baltimore. Dans des rues ravagées par le crack, sur fonds de rap naissant, le petit Ta-Nehisi tente de grandir. On comprend pourquoi, dans la lettre à son fils, il parle sans cesse des menaces qui pèsent sur le corps noir. On en apprend un plus sur la figure du père, personnalité ambiguë : violente dans son éducation mais modèle de culture pour ses enfants. Ta-Nehisi Coates parvient à développer son histoire sans tomber dans le pathos alors que le contexte décrit est dramatique. Un témoignage très intelligent et d’une valeur politique rare.