Croire aux fauves, Nastassja Martin, éd. Verticales

Un récit très fort, des confins du Kamchatka aux salles d’opération de la Pitié Salpêtrière, qui interroge notre rapport à la nature et à la modernité.

Croire aux fauves, Nastassja Martin, éditions Verticales, 12.50€

> Pour réserver ce livre, vous pouvez nous envoyer un message ici ou nous appeler au 05 59 27 83 31, ou encore le réserver sur le site des Librairies indépendantes en Nouvelle-Aquitaine dont nous faisons partie.

Bienvenue à Oswald, Célia Garino, éd. Courtes et longues

Chiméri va bientôt avoir 11 ans, et alors qu’elle visite un château avec ses parents historiens, elle se perd en suivant une lueur étrange dans les jardins. Soudain, le sol se dérobe sous ses pieds, l’obscurité l’engloutit. Elle arrive à Oswald, monde parallèle à la magie fascinante mais quelque peu dangereux pour les humains qui y tombent… Car Chiméri n’a pas passé le test d’amnésie, elle est donc coincée à Oswald, traquée par les autorités qui veulent l’envoyer au cachot ! Commence alors une course-poursuite où, aidée de ses amis de la confrérie des Opprimés, la jeune héroïne va faire l’expérience du pouvoir de l’imagination pour atteindre la liberté.
Un magnifique roman pour les 10-13 ans, un univers merveilleux plein de trouvailles, qui rappelle à la fois Alice au pays des merveilles et les films d’animation japonais de Miyazaki (en particulier Le Voyage de Chihiro). Une petite pépite !
Bienvenue à Oswald, Célia Garino, éditions Courtes et longues, 16,90€
> Pour réserver ce livre, vous pouvez nous envoyer un message ici ou nous appeler au 05 59 27 83 31, ou encore le réserver sur le site des Librairies indépendantes en Nouvelle-Aquitaine dont nous faisons partie.

 

La valse sans fin, Mayumi Inaba, éd. Picquier

Les éditions Picquier, spécialisées dans la littérature asiatique, avaient déjà publié d’Inaba Mayumi (1950-2014) : 20 ans avec mon chat et La péninsule aux 24 saisons (prix Tanizaki au Japon), des livres assez contemplatifs, à l’écriture délicate et intime. Cette année est sorti La valse sans fin, un livre au sujet beaucoup plus dur mais où s’exprime tout le talent de cette formidable écrivaine japonaise. Elle y raconte l’histoire d’un couple d’artistes qui ont défrayé la chronique dans les années 70, Suzuki Izumi et Abe Kaoru, l’une écrivaine, l’autre saxophoniste de free jazz, les deux déchirés par la drogue. Le point de vue est celui de la jeune femme et il est troublant parfois d’avoir un tel sentiment d’intimité avec l’héroïne qu’on en oublie l’auteure, et qu’on a l’impression de lire un récit personnel. Raconter la vie de personnages médiatiques, au destin extraordinaire, tragique, de telle façon est rare et, ici, magistralement réussi. Un livre marquant, et une auteure contemporaine à découvrir.

La valse sans fin, Inaba Mayumi, éditions Picquier, 14€

> Pour réserver ce livre, vous pouvez nous envoyer un message ici ou nous appeler au 05 59 27 83 31, ou encore le réserver sur le site des Librairies indépendantes en Nouvelle-Aquitaine dont nous faisons partie.

Zébu boy, Aurélie Champagne, éd. Monsieur Toussaint Louverture

Un de nos grands coups de cœur de la rentrée littéraire ! Un roman haletant qui nous fait traverser Madagascar pendant l’insurrection nationaliste de 1947. Une langue riche, métissée, qui nous plonge de manière extrêmement habile au cœur de cette page sombre de l’histoire coloniale française.

Zébu boy, Aurélie Champagne, éditions Monsieur Toussaint Louverture, 19.90€

> Pour réserver ce livre, vous pouvez nous envoyer un message ici ou nous appeler au 05 59 27 83 31, ou encore le réserver sur le site des Librairies indépendantes en Nouvelle-Aquitaine dont nous faisons partie.

Et c’est comme ça qu’on a décidé de tuer mon oncle, Rohan O’Grady, éd. Monsieur Toussaint Louverture

Let’s Kill Uncle est l’histoire de deux jeunes trublions, Barnaby et Christie, qui débarquent sur une paisible île canadienne et préméditent ensemble le meurtre d’un oncle… lui-même occupé à planifier leur assassinat. Ce classique de la littérature nord-américaine du XXe siècle, réédité cette année par Monsieur Toussaint Louverture, procure d’emblée un plaisir double. Le plaisir esthétique déclenché par un style satirique très maîtrisé, un peu patiné certes mais plaisant jusque dans l’évocation des noirceurs du cœur humain. Et le plaisir intellectuel des questionnements moraux ou psychologiques que les situations et les caractères inventés par Rohan O’Grady ne manquent pas de susciter.

Un doute subsiste lorsque la dernière page est tournée : on ne sait trop s’il faut considérer (et recommander) ce roman comme un ouvrage destiné à la jeunesse – les deux personnages principaux sont des enfants – ou comme un livre pour adultes – les sous-entendus sont nombreux et supposent des compétences de lecture bien assises. Mais si ce point demeure indécidable, c’est peut-être précisément parce que la romancière ne cesse d’interroger les frontières commodes que nous dressons entre les mondes de l’enfance et de l’âge adulte. Les anciens se distingueraient-ils de leurs cadets par un plus haut degré de rationalité ? Il y a lieu d’en douter lorsque les époux Brooks, qui accueillent Barnaby sous leur toit, le chérissent comme une réincarnation de leur fils défunt emporté par la guerre, ou lorsque le très respecté sergent Coulter sème au vent sa correspondance amoureuse. Les enfants se distingueraient-ils de leurs aînés par leur plus grande innocence ? Rien n’est moins sûr : le projet criminel du duo adolescent relève peut-être de la légitime défense sur une île où personne ne les prend au sérieux, mais on ne voit pas ce qui pourrait justifier les moyens qu’ils envisagent…

Un roman malicieux qui pourra donc surprendre et combler de nombreux lecteurs, jeunes et moins jeunes !